Le Mot du Président

Chers camarades,

 

Il aura fallu plus de 30 ans pour qu’enfin les appelés en Algérie (du 2 juillet 1962 au 1er juillet 1964) soient reconnus « Anciens combattants ». Il faut se réjouir de l'annonce faite par le premier Ministre dont la volonté est de mettre en application cette mesure dans le cadre du projet de loi de finances de 2019 et la confirmation de la secrétaire d'Etat aux anciens combattants.

 

Cette revendication portée par une majorité des associations d'anciens combattants, dont l'UNC, a toujours été rejetée par les différents gouvernants, au motif que les militaires concernés bénéficiaient d'une reconnaissance particulière conformément aux dispositions de l'article D.331-1 du code des PMIVG avec le titre de reconnaissance de la nation qui ouvrait droit au port de la médaille de reconnaissance de la nation.

 

Je tiens à remercier, tout particulièrement nos parlementaires, qui n'ont de cesse relayé notre demande auprès des autorités compétentes. Récemment au SENAT, nous avions gagné une bataille. Aujourd'hui c'est la guerre que nous avons gagné.

 

Aussi il va falloir recenser les demandes qui n'ont pas abouti et surtout rechercher les anciens d'Algérie qui remplissent les conditions. Le vivier serait estimé à plus de 20 000 militaires.

 

Je rappelle que cette mesure donne droit à la carte du combattant (loi du 19 décembre 1926) et à la retraite du combattant qui s'élève à la somme de 720€, non imposable et non cessible.

 

J'invite les présidents de sections à profiter de cette occasion pour recruter de nouveaux adhérents.

 

 

A l'approche de la période estivale, je vous souhaite de bonnes vacances.

 

Bien cordialement

Le Président Départemental des Ardennes

Jean-Pierre VIROLET